L’asthme et la hijama

L’asthme est une maladie inflammatoire du système respiratoire 💨

Chez une personne non atteinte, les muscles reliant les poumons à la gorge sont lisses.

Chez une personne asthmatique en dehors des périodes de crise, on pourra constater que la paroi de ses muscles est plus ou moins enflammée.
Cela devient plus douloureux pour le malade lors des crises : les muscles lisses se resserrent, la paroi devient plus enflammée, et l’air reste coincé dans les alvéoles.
Lorsque vous voyez une personne en pleine crise, elle ressent en fait une impression de ne plus pouvoir respirer.
Et ceci est normal puisque l’air contenu dans les alvéoles n’arrive plus à passer.

Les médecins n’arrivent pas vraiment à déterminer d’où vient cette maladie chronique.
Néanmoins, cette pathologie peut être liée à des facteurs tels que la génétique ou l’environnement.
Cela signifie donc que si une personne de votre famille est atteinte, vous pouvez également l’être héréditairement.
Quant à l’environnement, lorsqu’on entend que c’est à cause de la poussière, des acariens, de la pollution, la fumée, etc. il s’agit plutôt d’éléments déclencheurs de crises d’asthmes, et non pas des causes en elles-mêmes.
Les causes ne sont encore que peu connues, malgré l’envergure de la pathologie.

Les symptômes quant à eux, sont communs et établis :
Toux sèche, sifflements dans la poitrine, sensation de gêne respiratoire, ou encore impression de resserrement au niveau thoracique.

En plus des nombreux traitements médicaux, il existe des remèdes naturels simples pour soulager l’asthme dont la hijama.

.
Une étude, consacrée à l’intérêt de la Hijama humide en tant que traitement complémentaire de l’asthme, a montrée des résultats très encourageants.

L’étude se déroule en Égypte, sur 50 personnes souffrant d’asthme persistant modéré.
Celles-ci ont été séparées en deux groupes de 25, de manière aléatoire.
C’est le premier groupe qui a pu bénéficier de la hijama humide.
Les personnes du deuxième groupe quant à elles, ont suivi un traitement normal de l’asthme avec les recommandations du « Global Initiative For Asthma » (une organisation proche de l’OMS).
Les observations et évaluations effectuées sur les deux groupes ont été faites deux fois : une fois avant le traitement, et une autre trois mois après le traitement.
Les critères d’évaluation qui ont été pris en compte étaient entre autres : la sévérité des symptômes, et les dosages sanguins de certains globules blancs.
Suite à cela, les chercheurs ont constatés qu’une amélioration significative avait été remarquée dans les deux groupes.
Malgré le fait que les résultats étaient bons dans les deux cas, c’est sur les patients du groupe 1 ayant reçu la hijama que les bilans étaient les meilleurs tant sur le plan clinique que biologique.

.
Encore une fois, il a été prouvé à quel point la hijama pouvait être efficace.

On a souvent tendance à négliger la force des thérapies naturelles, mais elles démontrent toutefois qu’elles ont leur place dans le traitement de certaines pathologies.
Ben sur, en aucun cas ces techniques doivent retarder une consultation chez un professionnel de santé, ou la remplacer.
Ce sont des techniques complémentaires qui peuvent être d’une très grande aide.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s